Voyage d'étude le long du Parc Masoala

Ecole primaire d'Ambodirafia, Madagascar
du 7 au 14 août 2006

Voyage d'étude, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar

Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Lors de notre premier voyage scolaire l'an dernier, alors que nous n’étions pas encore de retour au village, un enfant me demandait : « L’année prochaine où est-ce qu’on va ? »

Que répondre à cet enfant ?
L’association SOS Enfants pourra-t-elle nous aider à renouveler l’expérience ?

OUI, et grâce aux témoignages des parrains et marraines, Prune, Mauricette dite Mamy, Michèle, Isabelle, Nadia, Josiane, Nabila, Marcel, Marylou, Thomas, Christian, Laurent, Marie-Jo et ceux que j'oublie, grâce à vous tous à qui je dédie ce qui suit, j’ai trouvé la force d’imaginer un nouveau périple.

Nous sommes quasi isolés d’Antalaha, les ponts sont presque tous détruits… Alors…
Nous optons pour un voyage d’études vers le sud, à la découverte des abords du célèbre parc naturel Masoala.






Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Lundi 7 août
Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Départ d’Ambodirafia à pied jusqu’à Ambohimahery, distant de 15km, avec une cinquantaine de courageux et de courageuses enfants.
Une pirogue à moteur transporte nos bagages et le matériel de cuisine.

Nous passons la nuit dans l’école du village, le directeur a préparé du bois mort à notre intention.
Après le dîner, les enfants dessinent le récit de leur voyage : la route boueuse, la pirogue qui nous précède et que nous apercevons par moment, les pêcheurs dans le lagon, un aigle de Madagascar, un serpent mais aussi un chat, des chiens, des poules, un coq, des dindons, des zébus, sans oublier la plantation de palmiers à huile en pleine production, les ouvriers affairés à extraire l’huile de palme, les chaudières allumées, les tracteurs chargés de fûts qui seront ensuite hissés sur les bateaux.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Mardi 8 août
Le matin, distribution de bananes, peut-être les dernières car nous allons visiter des villages qui survivent de la pêche et d’un sol très pauvre. Nous ne trouverons que de la canne à sucre et du manioc.

Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Nous partons avec toute la nourriture suffisante pour notre voyage : poissons, poulpes séchés ou fumés. En espérant, grâce au voyage de reconnaissance de notre guide Paulin, trouver du poisson frais, du crabe…

Paulin a également prévenu les autorités locales de notre passage et leur a demandé l’hospitalité.
Tout au long des villages traversés, les enfants retrouvent de la famille :
Ino Vaovao ? ... quelles nouvelles ?

Nous arrivons à Maharavo, les enfants ne sont pas fatigués et ils entament un match de foot que nous gagnons 6 à 0. Il faut dire qu’ils sont entraînés : les cadeaux solidaires des parrains et marraines via l’association SOS Enfants me permettent d’acheter des ballons et autres jouets qui ne manquent pas d’être utilisés pendant les récréations !

Repas à base de poissons fumés, excellents, les enfants ne sont pas dépaysés.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Mercredi 9 août
Au matin, le petit déjeuner se compose de manioc cuit avec du sucre ; les enfants adorent. Nous sommes trop heureux de trouver sur place de quoi rassasier les enfants avant de prendre la route.

Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Nous entrons dans la mangrove, la nursery des poissons vivants sur la barrière de corail. Impressionnés, les enfants observent nos guides dans l'exercice de leur métier.
Paulin et Jubin sont tous deux guides officiels du parc Masoala. Originaires d’Ambodirafia, ils parlent plusieurs langues et accompagnent dans leur visite des scientifiques de tous les pays.

Toute l’alimentation de notre région repose sur la santé de la mangrove, nous enseignent Paulin et Jubin.
En arrivant à Ratsianarana, les plus jeunes se tournent vers leur institutrice, Madame Claudine, et demandent : « Qu’est-ce qui est posé sur les couvertures et qui sèche au soleil ? » Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar

Les enfants ne connaissent pas la vanille. En effet, depuis le cyclone Hudah et ceux qui l'ont suivi, toutes les plantations de vanille de la région ont été détruites et les plus jeunes n’en ont jamais vu.

Ratsianarana ayant été moins touchée que Cap-Est, les plantations de vanille produisent enfin cette année.
L’occasion est donc toute trouvée de découvrir ce produit qui fait la réputation de la Grande Île.
Ce sera le programme du lendemain matin car notre capitaine, Monsieur Constant, nous informe que l’estuaire est infranchissable avant midi en raison de la marée et des bancs de sable.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Jeudi 10 août
Madame Florentine nous a préparé ce matin un copieux Saoba (bouillie sucrée à base d’un tubercule proche de la patate douce).
Ensuite, comme prévu, nous étudions la préparation des gousses de vanille par les jeunes filles du village. Les enfants sont à la fois intrigués et passionnés par ce travail.

A midi, repas à base de viande de poulet, les plus gourmands renoncent au 4ème service. Puis nous reprenons notre chemin pour nous enfoncer encore plus au sud de la péninsule du Masoala. Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar

Sortir de la passe de Ratsianarana a été difficile pour le petit « Sava » de notre capitaine Constant. Nous apercevons les vagues qui frappent l’avant de l’embarcation.

Nous dormons à Andrananapaha dans l’église mise à notre disposition. La mer s’est formée, décision est prise pour le lendemain de transporter matériel de cuisine, riz, bagages... à pied vers Antanjokantafana.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Vendredi 11 août
Après les palmiers à huile, la mangrove, les pandanus et les cocoteraies, nous pénétrons dans la forêt primaire. Nous traversons de longues étendues marécageuses avec de l’eau jusqu’aux genoux, jusqu’aux cuisses pour les enfants. Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar


Les plus grands, en plus de leurs bagages et leurs nattes, se chargent des marmites, sacs de riz, haricots, cuvettes, seaux…, aidant nos deux cuisiniers Anjalin et Eloge ainsi que notre capitaine Monsieur Constant.

Je suis frappé par l’organisation des enfants. Ceux qui nous accompagnaient l’année dernière ont rapidement mis au parfum les nouveaux.

Chacun assume son rôle, nous avançons grâce au travail de tous, enfants et adultes.
Paulin et notre chef quartier Simon ont même eu l’idée d’emmener deux bicyclettes au cas où un enfant serait trop fatigué.

A Antanjokantafana, nous avons la surprise de trouver, non seulement du poulpe frais, mais aussi une école rénovée depuis le passage de notre guide. L’immense toit en feuilles de l’arbre du voyageur nous protègera de la pluie.

La mer est agitée. Ce soir, poulpe frais sauce coco, délicieux, nous nous dépêchons de manger car de gros nuages arrivent de l’océan.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Samedi 12 août
Nous quittons à regret le beau village d’Antanjokantafana après avoir laissé en souvenir un petit ballon. L’enfant à qui nous remettons ce ballon est tellement surpris qu’il en oublie de dire merci, c’est nous qui le remercions de l’accueil qui nous a été réservé dans ce paradis terrestre. Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar

Nous rejoignons notre pirogue laissée dans le village d’Andrananapaha, nous pouvons enfin nous débarrasser de nos bagages. Monsieur Constant offre aux enfants une promenade en pirogue à moteur sur les eaux calmes de la rivière, mais infestées de crocodiles.

Longeant l’impénétrable mangrove, nous apercevons le bois de rose prêt à être acheminé vers Antalaha. Heureusement, le bruit du moteur a fait fuir les reptiles, laissant les enfants à mi-chemin entre inquiétude et émerveillement.

Après le repas de poissons séchés, nous reprenons notre route et arrivons à Ratsianarana, sans nouvelles du petit « Sava ». Quelle frayeur ils nous ont faite ! Juste le temps d’avoir peur pour eux, d’imaginer le pire, les voilà qui passent devant nous pour se ranger dans les eaux calmes de la baie. Le franchissement de l’estuaire d’Andrananapaha n’a pas été une partie de rigolade. Ce soir, ils ont mérité une tournée de bière. OUF !





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Dimanche 13 août
Au réveil, il faut tout d’abord trouver une aiguille, puis demander à un camarade de vous extraire ces horribles «puces des sables» qui pondent leurs œufs sous les ongles des doigts de pieds, provoquant d’affreuses démangeaisons. Hélas, elles pullulent aux abords des écoles !

La mer est calme, le soleil intense, les enfants connaissent le chemin et sont déjà loin devant. Nous n’avons pas vu de voiture de toute la semaine, les enfants peuvent avancer à leur rythme, en toute liberté, sans danger.
Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Au fil des villages, certains enfants nous quittent pour prolonger ces petites vacances au sein de leur famille.
Notre embarcation nous a devancés à Ambohimahery, le repas de poisson frais est déjà prêt.

Enfin, nous trouvons des bananes ! Ce soir, haricots cuits avec trois grosses boîtes de corned-beef, seule viande de bœuf trouvée sur notre route.





Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar
Lundi 14 août
Parti la veille à bicyclette, notre chef quartier Simon a bien rempli sa mission puisqu’il arrive avec sur son porte-bagages un énorme panier de bananes pour le petit-déjeuner des enfants. Voyage d'études, parc naturel Masoala à Madagascar


Nous resserrons la discipline car nous retrouvons les taxis-brousse et, à l’entrée de chaque village, le groupe entonne des chansons.

Nous poursuivons sous le soleil jusqu’au tout nouveau phare de Cap-Est. Au village, le son de la conque traditionnelle Anjômba retentit pour fêter notre arrivée.
Les enfants sont de retour en bonne santé. Quelle belle aventure…

Un grand MERCI à tous les parrains et marraines qui nous ont permis de faire ce beau voyage !

Didier Buthmann, août 2006

Parrainer l'école d'Ambodirafia





Voir aussi Parrainage d'une école à Madagascar Votre participation



Parrainage d'une école à Madagascar
Vous pouvez, vous aussi, apporter votre contribution au développement de ce petit village sur la route des cyclones.

En choisissant de parrainer cette école, vous participez de manière concrète à l'éducation de ces enfants d'Ambodirafia.
Vous les suivrez tout au long de leur scolarité et vous constaterez, mois après mois, à la fois leurs progrès et l'évolution de leurs conditions de vie.
Peu à peu, grâce à vous, ils acquièreront les moyens de construire leur avenir.
Vous pouvez également effectuer un don en ligne au profit des programmes engagés.

Vous deviendrez ainsi ACTEUR du développement de tout le village.

Et ce projet deviendra le vôtre.








Rentrée scolaire à Madagascar
Cantine scolaire
Fonctionnement de la cantine
Voyage d'étude au Parc Masoala
Voyage scolaire à Andapa

Compte-rendu de mission
Construction de l'école
Rapport de chantier

Dernières nouvelles


l'école d'Ambodirafia
à Madagascar







Notre action à Ambodirafia, historique

Le cyclone Indlala - Mars 2007
Le cyclone Gafilo - Mars 2004
La maison traditionnelle à Madagascar




Parrainer une école malgache
Offrir un cadeau aux enfants



Parrainer un enfant avec SOS ENFANTS
Association humanitaire loi 1901 reconnue d'utilité publique
haut de page
8, rue du Château des Rentiers - 75013 - PARIS
Tél : 01 45 83 75 56 - Fax : 01 45 85 53 60
Mentions légales


Partager Facebook Twitter Google MySpace Del.icios.us

Voir aussi

L'association et ses actions d'éducation
Action humanitaire dans le monde

Les parrainages d'enfants
Parrainage individuel ou collectif

Comment aider ?  Comment participer ?

Coordonnées bancaires

La Banque Postale - Agence La Source
Cpte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397
BIC : PSSTFRPPSCE Don en ligne

Hébergement offert
Annuaire liens durs des Corrigés du Web   Merci à notre hébergeur gratuit.   Copyright Aider sans assister - SOS Enfants

Association de parrainage d'enfants Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajouter un favori sur Google