Ouverture de l'école St-Alphonse de Fourgy

Annexe de St-Alphonse Cité-Soleil en Haïti

A la rentrée de septembre 2005, une annexe de l'école Saint-Alphonse, nommée école Saint-Alphonse de Fourgy, a été ouverte dans des locaux de notre Centre Médico-Educatif de La Plaine, en bordure du bidonville.

Rentrée scolaire 2005 à l'école St-Alphonse en Haïti La création de cette école primaire, prévue pour 240 élèves environ, a été motivée par la situation dramatique dans le bidonville de Cité-Soleil :

Le but premier est d’y re-scolariser les nombreux anciens élèves de Saint-Alphonse dont les parents ont émigré à La Plaine en raison de l’insécurité mais n'ont pu y trouver d'école pour leurs enfants.

Une deuxième école, l'école La Renaissance, est locataire d’une partie des locaux du Centre de La Plaine. Elle accueille les élèves du secondaire, permettant ainsi de couvrir sur place la totalité du cursus scolaire. Dans un souci de rentabilisation des structures et d’allègement des coûts, une entente a été établie entre les deux écoles sur la base d’un travail en partenariat avec partage des activités et des charges salariales communes.

En cas de difficultés majeures à Cité-Soleil, cette annexe pourra accueillir, en solution d’urgence, les élèves de l’école Saint-Alphonse et notamment ceux des 6ème et 9ème années, classes débouchant sur un examen officiel.




Effectifs du groupe des écoles St-Alphonse


Création d'une école annexe à l'Ecole St-Alphonse en Haïti
Alors même que la population du bidonville s’est vue réduite d’au moins un tiers depuis février 2004, l'école Saint-Alphonse assure cette année l’éducation de près de 800 enfants à Cité-Soleil et dans son annexe de Fourgy, deux endroits parmi les plus pauvres d'Haïti :

Le nom du premier lieu est devenu synonyme d’injure à la société tant les conditions de vie y sont à présent indécentes et inacceptables, le second est une communauté plus ou moins calme mais sans aucune activité économique.


Effectifs du groupe des écoles Saint-Alphonse
Cité-SoleilAnnexe de Fourgy
Préscolaire1186ème année421ère année :60
1ère année707ème année382ème année63
2ème année628ème année293ème année35
3ème année609ème année204ème année19
4ème année493ème Secondaire165ème année30
5ème année32 6ème année33
TOTAL536TOTAL240






La scolarisation dans le bidonville



Création d'une école annexe à l'Ecole St-Alphonse en Haïti Dans le bidonville de Cité-Soleil, beaucoup d’enfants ne vont pas à l'école, soit par manque de moyens, soit parce que les parents sont mal informés ou négligents dans ce domaine.
Il y a ceux qui habitent trop loin d’une école gratuite et n’ont pas les moyens d’acheter ne serait-ce qu'une paire de souliers, ceux aussi qui ne trouvent pas de place dans les écoles dont ils pourraient payer le faible écolage demandé. Il y a encore une dernière catégorie d’enfants à souligner, ceux qui exercent toutes sortes d’activités dans la rue de la capitale pour gagner leur vie ou aider leur parents.





Contexte économique et social


Situation générale de Cité-Soleil et du pays
L’insécurité a diminué de manière sensible à Cité-Soleil. Toutes les écoles qui ont réussi à terminer l’année scolaire 2004-2005 ont pu effectuer la rentrée 2005 sans trop de difficultés. Il n’y a plus de guerre entre les quartiers. A l’intérieur du bidonville, les résidents ne sont pour le moment plus menacés par les bandits. Mais les fusillades entre les bandes armées et la MINUSTHA n’ont pas cessé.

La police haïtienne n’intervient pas à Cité-Soleil et la MINUSTHA, alors qu’elle est très bien équipée et pourrait pacifier la zone si elle le voulait, essaie seulement de trancher en tirant en l’air. Les soldats restent généralement enfermés dans leurs chars, les bandits opérant calmement à quelques mètres d’eux.

Création d'une école annexe à l'Ecole St-Alphonse en Haïti Au niveau du transport, les élèves du secondaire et les professeurs venant de La Plaine doivent parcourir toute la distance à pied pour venir à l’école car, depuis l’année dernière, aucune camionnette ne fréquente plus la route neuve qui relie La Plaine à Cité-Soleil.
De la même manière, la majorité des gens qui vont en ville passent à présent par la route de l’aéroport au lieu de passer normalement par la route nationale reliant la Cité Soleil.

En effet, des bandits armés y sont souvent cachés et attaquent les véhicules. Ils les dépouillent généralement de tout et kidnappent parfois même les passagers.

Au niveau de la sécurité, Port-au-Prince et les provinces ont vu la situation s’améliorer. On parle à la radio de la guerre entre deux bidonvilles dans la ville des Gonaïves. Mais, en fait, l’insécurité a réellement diminué. La paix revient au centre de la capitale. Les habitants ne vivent plus sous la peur à laquelle ils ont été exposés les mois antérieurs.

La question qui se pose à présent est : jusqu’à quand durera cet adoucissement ? Les bandits sont là et détiennent toujours les armes. Presque chaque jour, ils enlèvent des individus fortunés dans un point quelconque du pays. Et Cité-Soleil demeure pour eux un refuge par excellence. Les troubles semblent reprendre de la vigueur ces derniers temps. Est-ce l’approche des élections ? Les candidats sont nombreux, les listes sont à peine officielles, les dates ne sont pas encore fixées…

Au niveau économique, le pays vit un calvaire avec le prix du pétrole qui grimpe régulièrement. Une situation qui touche l’économie nationale déjà très affectée depuis trop longtemps. En gros, Haïti connaît un problème d’inflation qui crée un déséquilibre particulièrement au niveau des transports en commun dont les prix ont augmenté de plus de 100 %.





La vie à Cité-Soleil


Création d'une école annexe à l'Ecole St-Alphonse en Haïti
La misère continue de battre son plein dans la communauté. La quasi totalité des habitants ne travaillent pas. Les boutiques intéressantes restent fermées. Le principal marché de la cité a été pratiquement abandonné, il est devenu aujourd’hui une base de stationnement pour la MINUSTHA. Certaines familles arrivent à résister grâce au petit commerce dont le profit permet aux pères et aux mères de prendre soin de leurs enfants. D’autres familles vivent à la merci du ciel avec beaucoup d’enfants. La vie des habitants du plus grand bidonville de Haïti est vraiment triste !

Interrogé sur la nécessité d’en finir avec l’insécurité dans la communauté, l’un des chefs de file des bandits a déclaré qu’elle ne pourra disparaître tant que la condition de vie des jeunes n’aura pas changé. En ce sens, l’insécurité chez nous semble liée aux exigences économiques du quotidien.

Vous qui lisez ces lignes, rejoignez notre action !

Par le parrainage d'enfants, tous ensemble, nous participerons à ce changement des conditions de vie des jeunes de notre bidonville et contribuerons ainsi à faire revenir la paix dans Cité-Soleil.

en savoir plus...








Les enfants d'Haïti ont besoin de vous !
Ouverture de l'école de Fourgy
Cantine scolaire

Bilan après-séisme
Les nouvelles :  Rapport d'activité

Evaluation de l'aide et des besoins

Historique
des nouvelles
de nos
écoles en Haïti




Haiti en quelques lignes
Carte de Haïti



Parrainer l'école de Cité-Soleil
Parrainer un collégien du bidonville
Don alimentaire aux enfants
Offrir un cadeau aux enfants


Urgence séisme - Aider les enfants d'Haïti Reconstruction Haïti, section Préscolaire
16 mois plus tard : Evaluation de l'aide et des besoins
Faire un don suite au séisme     Aider face au choléra




Action humanitaire en Haïti, historique
L'école Saint-Alphonse

Ouragan Matthew
Trajectoire de l'ouragan
Ouragan Matthew, appel urgent
Faire un don suite au cyclone

Cyclones meurtriers en Haïti
Cyclone Hanna, les mails de notre correspondant
La tempête tropicale Jeanne
Reconstruction du Centre St-Joseph
Remerciements des enfants
Elevage de tilapia
Le tilapia
Creusement des bassins
Remplissage des bassins
Construction du barrage
Alimentation en eau
Fertilisation de l'eau
Ensemencement
Alimentation des poissons

Projet Pêche
Jardins communautaires



Parrainer un enfant avec SOS ENFANTS
Association humanitaire loi 1901 reconnue d'utilité publique
haut de page
8, rue du Château des Rentiers - 75013 - PARIS
Tél : 01 45 83 75 56 - Fax : 01 45 85 53 60
Mentions légales


Partager Facebook Twitter Google MySpace Del.icios.us

Voir aussi

L'association et ses actions d'éducation
Action humanitaire dans le monde

Les parrainages d'enfants
Parrainage individuel ou collectif

Comment aider ?  Comment participer ?

Coordonnées bancaires

La Banque Postale - Agence La Source
Cpte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397
BIC : PSSTFRPPSCE Don en ligne

Hébergement offert
Annuaire liens durs des Corrigés du Web   Merci à notre hébergeur gratuit.   Copyright Aider sans assister - SOS Enfants

Association de parrainage d'enfants Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajouter un favori sur Google