Orphelins du sida

Point d'Ecoute de Gisenyi, Rwanda

Suivi psycho-social des orphelins
Bilan de 10 ans d'aide
Rassemblements des orphelins du sida Cela fait bientôt 10 ans que le programme de prise en charge et d’accompagnement des orphelins du Sida a commencé à Gisenyi et ses environs. Le Point d’Ecoute avait auparavant la mission de travailler auprès des enfants de la rue. En 2002, de nouveaux enfants arrivaient : ils étaient orphelins et c’était toutes leurs fratries qui risquaient de rejoindre la rue pour tenter de survivre.

    
On peut aujourd’hui dresser un constat : ce programme procure beaucoup de satisfactions mais il reste de nombreux points à améliorer pour mieux protéger ces jeunes orphelins qui, pour beaucoup d’entre eux, restent livrés à eux-mêmes. Certains sont clairement en danger, hélas les solutions à apporter ne sont ni évidentes ni faciles à mettre en place.

    
Mais nous n’avons pas le droit de baisser les bras, il nous faut continuer d’accompagner ces enfants et mettre toutes nos forces dans l'aide que nous leur apportons.




Collaboration avec les instances publiques Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda

Les aînés deviennent adultes avant l'âge


>Fratrie d'orphelins du sida au Rwanda Il est difficile d’être l’aîné quand les parents décèdent et laissent toute une fratrie livrée à elle-même. Quel choix a-t-on ? Arrêter l’école pour endosser le rôle de chef de famille ? Fuir et essayer de trouver une solution « ailleurs » ? Difficile décision quand on est âgé que de 13 ou 14 ans.

Beaucoup ont décidé d’assumer ce rôle et de tout sacrifier pour la survie de la fratrie. Le Point d’Ecoute est là pour les accompagner dans cette tâche difficile. Prendre en charge leur scolarité, une mutuelle de santé pour chacun, c'est chose relativement aisée. Mais, il n’y a pas que cela, il faut les aider à se nourrir, s’habiller et essayer d’entretenir leur maison et leur parcelle s'ils ont a la chance d’en avoir une.
Tous ces problèmes se posent aussi dans les familles où la maman est encore en vie. Elle est généralement elle-même malade et victime du VIH et il lui est difficile de porter sur ses épaules toutes ces charges. L’aîné les partage donc avec elle !

    
Un grand nombre d’enfants que j’ai rencontrés se plaignent des difficultés scolaires auxquelles ils se heurtent. Quand on leur demande de quoi ils auraient besoin pour réussir, ils répondent qu’ils ont tout le matériel et s’empressent de remercier. Ce qui leur manque c’est le temps : en rentrant de l’école, il faut aller puiser l’eau, il y a toujours quelque chose à faire à la maison et la nuit tombe vite. Sans électricité, il est alors trop tard pour réviser les leçons. Certains disent qu’ils essaient de partir très tôt le matin pour réviser un peu à l’école.

Ils aimeraient avoir une lampe à pétrole, très peu en ont une à la maison. Et tous disent que, si par chance ils en avaient une, ils pourraient se débrouiller pour acheter le pétrole !

    




Exemple de collaboration avec l'administration sociale Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda

Quelques histoires d'enfants


Warida, chef de famille exemplaire à l'âge de 14 ans
Orphelines au Rwanda Warida* est en dernière année d'école primaire au décès de ses parents, il y a 4 ans. Elle reste seule avec une sœur et un frère plus jeunes.

Le Point d’Ecoute a pris en charge la scolarité du frère et de la jeune sœur.

Les enfants sont affiliés à une mutuelle de santé et bénéficient de l’accompagnement psychosocial nécessaire. Pour assurer leur survie, ils reçoivent une aide alimentaire régulière ainsi que quelques poules et chèvres pour démarrer un petit élevage.

    
En 2010, le Point d’Ecoute donne à Warida, comme à plusieurs de ses camarades responsables de famille, une somme d’argent pour démarrer une activité génératrice de revenus. Elle décide alors d’acheter une petite parcelle pour cultiver et de faire en parallèle un commerce de farine de manioc et de maïs.
Aujourd’hui, elle a entièrement terminé de payer sa parcelle et en achète une autre pour diversifier ses cultures. Elle s’est inscrite dans une tontine, petit groupement d'épargne dans lequel elle cotise de manière régulière et qui lui remettra bientôt une somme lui permettant de rénover sa maison. Son frère et sa sœur sont actuellement élèves à l'école Secondaire.

    

* les noms ont été modifiés par discrétion





Exemple de suivi individuel Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda
Vestine et sa fratrie, bel exemple de courage et de ténacité
Orphelins au Rwanda Elles sont deux sœurs aînées avec trois petits frères. Vestine* est la plus âgée et, au décès des parents, sa sœur Furaha a préféré fuir plutôt que d'assumer ses responsabilités.

Vestine s’est donc retrouvée avec la responsabilité de ses trois petits frères. Grâce au soutien financier du Point d'Ecoute, elle a acheté une parcelle avec des plants de caféiers.
Ses bénéfices lui ont permis d’en louer une autre. La production de café a été assez lucrative et, outre cette location, Vestine a pu acheter petit à petit des chèvres pour compléter l’élevage démarré grâce aux parrains des enfants.
Sa sœur cadette, reconnaissant son erreur, est revenue pour l’épauler dans ses lourdes tâches.

    
Aujourd’hui, Vestine doit abandonner sa maison située sur une colline pour se conformer à la politique actuelle de l’habitat qui consiste à rassembler les familles dans les agglomérations pour favoriser le reboisement des collines et lutter ainsi contre l’érosion. Elle a vendu 4 chèvres et a pu acquérir une parcelle pour construire leur maison.
Elle aimerait que le Point d’Ecoute l’aide à construire la nouvelle maison pour ne pas avoir à vendre tout son capital qui lui permet d’assurer la survie de la famille.

    

* les noms ont été modifiés par discrétion





Quelques liens Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda
Bosco et Gahungu, deux frères orphelins et séropositifs
Deux frères orphelins du sida au Rwanda De nombreux garçons aussi ont des comportements exemplaires. Ainsi Bosco* qui, bien qu'atteint par le sida, veille depuis des années sur son petit frère Gahungu comme le ferait une maman ! Ils sont tous les deux séropositifs et seuls au monde. Après avoir frôlé la mort, l'aîné a vu son état de santé s'améliorer de manière spectaculaire grâce aux médicaments antirétroviraux obtenus par le biais de la mutuelle de santé.

La maladie n’empêche en rien Bosco de travailler d’arrache-pied pour subvenir à leurs besoins. Avec l'aide du Point d'Ecoute, il a commencé un petit commerce de produits de première nécessité,vendus à même le sol sur le pas de sa porte. A force de travail et de ténacité, il a réussi par la suite à ouvrir une vraie petite boutique en ville !

Son commerce marche bien et Bosco parvient à présent à prendre en charge une grande partie des besoins de sa fratrie. Il a négocié avec l’école primaire où étudie Gahungu pour que celui-ci aille à l’école toute la journée (par manque de place, les classes sont séparées en deux et les cours ont lieu le matin ou l’après-midi), afin de lui donner toutes les chances de réussir ses études.

    
Son rêve aujourd'hui est de pouvoir acheter une lampe à pétrole pour que Gahungu puisse réviser ses leçons le soir. Lui qui a abandonné l’école très tôt, il aimerait tellement que son petit frère réussisse et entre au Secondaire !!

    

* les noms ont été modifiés par discrétion





Quelques liens Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda

Une vie très dure pour les orphelins


Orphelins du sida du Rwanda et leur grand-mère très âgée La vie reste très difficile pour les familles d'orphelins du sida.
Elle l’est encore davantage quand elles n’ont pas la chance d’avoir un terrain à cultiver.

Ces difficultés sont identiques dans les situations où la fratrie est sous la responsabilité d’un adulte. Les mamans qui sont encore en vie sont malades, elles essaient de trouver des petits boulots à droite et à gauche, chez les voisins, sur des chantiers de construction, d'aménagement de routes ou de pistes, pour transporter des pierres. Cela ne dure jamais très longtemps et n’est pas très bien rémunéré.

D’autres vivent avec une grand-mère, bien souvent trop âgée pour s'occuper des enfants, comme Nsabimana et son petit frère sur la photo.
Transport des cannes à sucre par des orphelins au Rwanda
Ce sont bien souvent ces enfants qui sont irréguliers à l’école.

Ils ont faim et se soustraient à la surveillance de leur grand-mère pour chercher un petit travail qui leur donnera de quoi se nourrir.

Il y a des périodes de l'année où l'on a besoin de petite main d’œuvre.
Les enfants trouvent par exemple des cannes à sucre à transporter sur leur tête en échange de quelques centimes d'euro pour toute une journée de travail.




Quelques liens Les orphelins du sida à Gisenyi, Rwanda

Perspectives d'avenir

Le Point d’Ecoute et les orphelins qu’il encadre ont besoin de notre soutien. Si les enfants dont nous avons parlé dans ce rapport ont retrouvé le sourire et trouvé un peu d’espoir beaucoup n’en sont pas encore à ce stade.

La discrimination existe encore, la maladie par laquelle leurs parents sont morts continue de faire peur, il y existe encore beaucoup de méconnaissance et on rejette les enfants.

Le Point d’Ecoute est là pour les accompagner mais aussi pour travailler avec les personnes de leur environnement pour qu’ils ne soient plus mis à l’écart.
Les aider c’est favoriser leur intégration. Les autres familles qui vivent autour d’eux ont-elles aussi des difficultés à nourrir leurs enfants. Il est donc nécessaire de leur donner peu à peu les moyens de s’en sortir par eux-mêmes pour éviter une autre forme de rejet : la jalousie provoquée par nos appuis.

Les mentalités évoluent. Deux enfants sont orphelins et sans aucune famille, leur grand père venant de décéder. L’aîné est interne dans son collège où il réalise un excellent parcours. Au décès du grand-père, il a voulu tout arrêter pour retourner vivre avec sa petite sœur de 11 ans qui se retrouvait seule dans leur maisonnette. Finalement, une famille voisine a accepté de prendre la fillette durant les périodes scolaires, elle retourne à la maison familiale au retour de son frère pendant les vacances. Cela a pu se faire sans problème : pourtant vulnérable elle-aussi, la famille rend ce service sans rien attendre en retour.
Rassemblements des orphelins du sida

Merci d’être à nos côtés et aux côtés de ces enfants.









ORPHELINS DU SIDA, rapport annuel
Prise en charge des enfants
Aide apportée, rapport d'activité
Orphelins du Sida, 10 ans d'aide
Journée d'une enfant au Rwanda
Habitations
Sécurité alimentaire
Jardins potagers
Petit élevage
Distributions de vivres
Don de chèvres : un cadeau solidaire et utile
Message des enfants

ENFANTS DES RUES, rapport annuel
Aide apportée aux enfants des rues, rapport d'activité
Enfants des rues, 14 ans d'aide

Orphelins du sida
Enfants des rues

Le Point d'Ecoute,
toutes les nouvelles



De la rue à la réinsertion, le parcours d'un enfant au Point d'Ecoute
Réunification familiale
Une journée avec les enfants
Jeux et divertissements
Cantine et repas chaud
Enfants des rues, scènes de vie

L'association Sauver les Enfants





Parrainer un orphelin du sida - Pourquoi et comment parrainer un orphelin ?
Parrainer un enfant des rues - Pourquoi et comment parrainer un enfant des rues ?
Parrainer un collégien - En savoir plus sur ce parrainage privilégié

Offrir à un enfant des rues le matériel nécessaire à sa réinsertion
Offrir à un orphelin du sida de quoi subvenir à ses besoins

Courriers des Parrains et Marraines à leurs filleuls





Action humanitaire au Rwanda, historique et détails
Le Point d'Ecoute
Actions auprès des enfants de la rue
Construction du centre d'accueil

Lutte contre la pauvreté : foyers de cuisson améliorés
Développement social : un moulin à grains



Parrainer un enfant avec SOS ENFANTS
Association humanitaire loi 1901 reconnue d'utilité publique
haut de page
8, rue du Château des Rentiers - 75013 - PARIS
Tél : 01 45 83 75 56 - Fax : 01 45 85 53 60
Mentions légales


Partager Facebook Twitter Google MySpace Del.icios.us

Voir aussi

L'association et ses actions d'éducation
Action humanitaire dans le monde

Les parrainages d'enfants
Parrainage individuel ou collectif

Comment aider ?  Comment participer ?

Coordonnées bancaires

La Banque Postale - Agence La Source
Cpte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397
BIC : PSSTFRPPSCE Don en ligne

Hébergement offert
Annuaire liens durs des Corrigés du Web   Merci à notre hébergeur gratuit.   Copyright Aider sans assister - SOS Enfants

Association de parrainage d'enfants Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajouter un favori sur Google